Redemption song by Bob Marley

Genius by Nemo

***English below***

En ce mois de mai on fête l’abolition de l’esclavage dans les territoires d’outre-mer et en France métropolitaine. Aussi en 2020 Bob Marley aurait eu 75 ans, j’ai donc voulu marquer le coup avec une petite revue ou explication d’un grand classique de Bob Marley, Redemption Song. A la manière du site genius je vais donner mon interprétation du texte du célèbre chanteur jamaïcain. Je vais particulièrement insister sur tout ce qui est lié à l’esclavage dans cette chanson surtout qu’elle regorge de références à la traite négrière. 

Je pense que tout le monde sait qui est Bob Marley, inutile de vous le présenter mais je voudrais tout même vous parler du contexte d’écriture de la chanson. Redemption song est la dernière chanson du dernier album de Bob Marley intitulé Uprising. Elle reprend certaines paroles du discours “The work that has been done” (en Français “Le travail qui est fait”) de Marcus Garvey, retenez bien ce nom car il va être important pour l’interprétation du texte. Cet homme a fait partie du mouvement panafricaniste qui entre autres encourage les afro-descendants et la diaspora africaine à revenir vivre en Afrique.  

Photo de Marcus Garvey
La chanson originale Redemption Song

Petite indication avant de commencer l’interprétation, vous trouverez à gauche les paroles de la chanson ainsi que la traduction en français et à droite l’explication des paroles (sauf pour ceux qui sont sur téléphone).

[Couplet 1]
Old pirates, yes, they rob I 
Vieux pirates, oui, ils m'ont volé 
Sold I to the merchant ships 
M'ont vendu à des navires marchands 
Minutes after they took I 
Quelques minutes après qu'ils m'aient pris 
From the bottomless pit 
De l'enfer

Dès le début de la chanson, la traite négrière est évoquée. Les “vieux pirates” fait référence à certains africains qui capturaient et vendaient des africains d’autres ethnies aux “navires marchands” européens.

Avant de subir l’horrible calvaire de la traversée de l’Atlantique, les hommes et femmes capturés étaient emprisonnés et entassés dans des caves et autres endroits lugubres. Les conditions étaient quasiment les mêmes que celle de la traversée, ils étaient les uns sur les autres, à peine nourris, ils urinaient et déféquaient sur eux-mêmes, d’où l’enfer auquel Marley fait référence. D’ailleurs la religion a une place très importante dans cette chanson tout comme dans la vie de Bob Marley. 

Cellule à l’île de Gorée au Sénégal où étaient emprisonés les africains avant la traversée de l’Atlantique (source: romanie2014.ekablog.com)
But my hand was made strong 
Mais ma main a été solidement créée 
By the hand of the Almighty 
Par la main du Tout-Puissant 
We forward in this generation 
Nous transmettons dans cette génération 
Triumphantly 
Triomphalement 

Malgré l’enfer dans lequel il était, Marley reste fort et résistant face à l’adversité. Pour cela il dit que sa main est “solide” et tout cela c’est grâce à Dieu. Il faut savoir que Bob Marley avait pour religion le rastafarisme. Pour beaucoup, cette religion, associée aux dreadlocks, consiste simplement à fumer du cannabis mais c’est beaucoup plus que ça. Pour faire simple, le rastafarisme c’est un christianisme afro-centré, les rastafaris croient en Jah (Dieu) et à un retour vers l’Afrique tout comme les juifs croient en un retour vers leur terre mère, Israël (source: urgi.org). D’ailleurs l’un des instigateurs de cette religion n’est autre que Marcus Garvey dont j’ai parlé plutôt. Pour Marley, Garvey et les rastafaris en général, les afro-descendants ont souffert mais Dieu les a toujours accompagnés et leur a permis de rester forts et de transmettre cette force de génération en génération pour qu’enfin la diaspora africaine puisse retourner “à la maison”. La force n’est pas la seule chose transmise entre les générations, les vestiges des coutumes africaines et la fierté d’être afro-descendant sont elle aussi transmises. 


Un rastafari qui joue du djembé, un instrument de musique africain
[Refrain] 
Won't you help to sing 
N'aideras-tu pas à chanter 
These songs of freedom ? 
Ces chansons de liberté ? 

L’artiste invite directement l’auditeur à chanter, il l’implique dans la chanson et dans l’histoire qu’elle raconte. Toi qui sais à quel point j’ai souffert et tout ce que j’ai traversé aide-moi, aide-nous à nous libérer. Les “chansons” font sûrement référence au répertoire de Bob Marley très marqué par le rastafarisme. Cependant je dois avouer que je ne connais pas bien le répertoire du roi du reggae. On peut le voir comme une invitation pour l’Homme noir à se libérer des oppresseurs occidentaux ou comme ils disent, Babylon. Et pour se faire quoi de mieux que la musique !  

Dans la Caraïbe en général et dans les endroits où il y a des descendants d’esclaves (Brésil, États-Unis, Colombie, etc.), la musique a une place primordiale. Durant l’esclavage, la musique servait d’exutoire à l’horrible réalité. Chaque île a donné naissance à son propre genre musical, le Reggae en Jamaïque, le Kompa en Haïti, le Soca à Trinidad et Tobago, le Merengue en République Dominicaine et j’en passe ! Quand les esclaves et désormais leurs descendants chantent ou dansent, ils se sentent libres. 

La musique leur permet de se réapproprier leur identité et leur liberté. Dans la musique afro-cubaine ou afro-dominicaine par exemple, les Orishas, divinités du peuple Yoruba en Afrique de l’Ouest, sont souvent invoqués à des fins de protection ou autre. Invoquer les Orishas, c’est aussi un moyen de se rappeler de la Terre Mère, l’Afrique et de garder cet héritage africain que les maîtres esclavagistes ont essayé d’effacer. 

Groupes de personnes dansant le Merengue, ils portent des vêtements typiques de cette danse aux couleurs du drapeau dominicain
'Cause all I ever have 
Car tout ce que j'ai toujours eu 
Redemption songs 
Des chansons de rédemption 
Redemption songs 
Des chansons de rédemption 

La rédemption est un concept lié à la religion. La rédemption c’est le fait de se racheter ou de racheter ses péchés, comme une délivrance du poids de nos mauvaises actions. Dans le contexte rastafari il s’agit d’une “Rédemption Africaine” qui fait référence encore une fois au retour vers l’Afrique. Les chansons de rédemption peuvent encore être une référence au répertoire de Marley ou aux chansons qu’il écoutait. On peut voir ses chansons comme des chansons de rédemption, je pense par exemple à “Africa Unite” mais dès lors qu’elles sont chantées par tous, elles sont libératrices. C’est comme ça que je comprends la chanson, si je suis le seul à chanter, je fais ma rédemption mais si nous chantons tous ensemble nous pouvons nous libérer les uns les autres, car si tu comprends ce que j’ai traversé et ses conséquences tu peux m’aider à stopper l’oppression invisible qui s’exerce sur mes épaules. 

[Couplet 2]
Emancipate yourselves from mental slavery 
Affranchissez-vous de l'esclavage mental 
None but ourselves can free our minds 
Personne d'autre que nous ne pourra libérer nos esprits  

Ces mots sont tout droit sortis du discours de Marcus Garvey et sont lourds de sens (discours entier disponible en cliquant ici [en anglais]). J’ai déjà parlé dans mon article sur la traite négrière de l’esclavage mental que subisse encore les populations caribéennes. Et bien là Marley en utilisant les mots de Garvey nous invite à nous défaire de cet esclavage mental, et les seuls qui détiennent la clé pour arrêter cette torture mentale, c’est nous-même. Même si tout le monde est “encouragé à chanter”, si notre propre personne n’est pas prête à se libérer il n’y aura pas de libération. Nous devons être les instigateurs de notre propre changement, nous devons être nos propres briseurs de chaines. Ces paroles montrent aussi que malgré l’abolition de l’esclavage, il y a toujours des personnes esclaves et soumises. 

Have no fear for atomic energy 
N'ayez pas peur de l'énergie atomique 
'Cause none of them can stop the time 
Car aucun d'entre eux ne peut arrêter le temps

Sachant les paroles qui suivent et le caractère religieux de la chanson je vois ces lignes comme une déclaration sur les personnes qui se croient puissantes. À travers ces paroles Marley dit : “Ils ne sont pas des dieux”. Même si l’énergie atomique peut être utilisée dans de nombreux domaines comme la production d’électricité ou la médecine, je pense qu’ici l’artiste parle de l’arme atomique. Malgré l’arme atomique qui est très puissante et peut faire des ravages, ceux qui la détiennent n’ont pas tous les pouvoirs comme celui d’arrêter le temps. En prenant en compte les paroles précédentes cela signifie aussi que même si ceux qui vous ont réduits en esclavage physique et mental sont puissants, ils ne sont pas tout-puissants, l’émancipation est donc tout à fait possible. 

How long shall they kill our prophets 
Pendant combien de temps tueront-ils nos prophètes 
While we stand aside and look?  
Alors que nous sommes juste à côté et que nous regardons ? 

Quand Marley parle de prophètes, il parle des figures africaines ou afro-descendantes qui ont lutté pour la cause noire. Je pense par exemple à Martin Luther King, Malcolm X ou encore celui qui est considéré comme un messie dans le rastafarisme, Haile Selassie I ancien empereur d’Éthiopie. Beaucoup trop d’entre eux si ce n’est tous ont été assassinés, et pourquoi nous ne réagissons pas à ces injustices ? Il faut arrêter d’être passif, d’avoir peur des puissants et de rester soumis alors que certains se battent pour notre liberté au prix de leur vie. 

Malcolm X, figure importante du mouvement des droits civiques aux États-Unis dans les années 50 et 60
Haile Selassie I, empereur d’Éthiopie
Some say it's just a part of it 
Certains disent que ce n'est qu'une part de cela 
We've got to fulfil the Book 
Nous devons accomplir la Bible

Cependant pour certains, ces vies sacrifiées sont nécessaires et font en réalité partie de la volonté de Dieu. Est-ce ce qu’on appelle le destin ? Je ne sais pas, et je ne sais pas si Marley était totalement d’accord avec ça. 

Dans tous les cas Marley nous incite à chanter la liberté encore et toujours. Au-delà du caractère très panafricaniste de la chanson, ce texte est finalement très universel. Ne vous laissez pas faire, ne vous laissez pas être réduit en esclavage par ceux qui soi-disant détiennent l’arme nucléaire ou devrais-je dire le “pouvoir”. Vous avez le pouvoir de changer les choses comme par exemple Solitude et Mary qui se sont révoltées contre l’esclavage au XIXe siècle. J’espère que cette petite interprétation de la chanson de Bob Marley vous a plu, si vous l’avez compris autrement vous pouvez partager vos idées dans les commentaires ! 

Je vous recommande de regarder le clip anniversaire de “Redemption Song” qui est rempli de symboles liés à l’Afrique et au panafricanisme. Et pour finir je porte un Toast pour célébrer l’abolition de l’esclavage, en vous proposant d’écouter la chanson Toast de Koffee, jeune artiste jamaïcaine. Décidemment Bob Marley avait raison, le talent et la force jamaïcaine se sont transmis de génération en génération. 

Clip anniversaire de Redemption Song
Un petit Toast de la part de Koffee…

Articles similaires

Crédit photo de couverture/Front painting: SmileArt


Redemption song by Bob Marley

Genius by Nemo

In May, France and its oversea territories (like French West Indies) celebrate the abolition of slavery. Also, this year Bob Marley would have been 75 years old, therefore I decided to analyse a classic of Marley’s discography, Redemption Song. Like on genius website, I will give my interpretation of this famous song. I will particularly insist on the topic related to slavery even if the song itself is full of references to it. 

I think that everybody knows who was Bob Marley, it is useless to introduce him to you but I still want to talk about the writing context of the song. Redemption song is the last song of the last Bob Marley’s album called Uprising. Some of the lyrics come from a speech called “The work has been done” delivered by Marcus Garvey, please remember this name it is important for what’s coming next. This man was part of the panafricanism movement which encourages afro-descendants and African diaspora to come back in Africa. 

Marcus Garvey
The original song Redemption Song

Before starting with the interpretation just a little note to say that the lyrics are on the left and the explanation is on the right (except for those who are on cellphones).

[Verse 1]
Old pirates, yes, they rob I 
Sold I to the merchant ships 
Minutes after they took I 
From the bottomless pit 

The song starts with a reference to slavery. The “old pirates” refers to certain Africans who were kidnapping and selling Africans from other ethnic groups to the European “merchant ships”. Before crossing the Atlantic, kidnapped men and women were imprisoned in cellars. The living conditions were similar to the ones on the ships, they were piled up, barely fed and they were urinating and defecating on themselves, thus the pit reference. 

Cell on Gorée Island in Senegal where Africans were imprisoned before crossing the Atlantic Ocean (source: romanie2014.ekablog.com)
But my hand was made strong 
By the hand of the almighty 
We forward in this generation 
Triumphantly

Despite the horrific reality, Marley stays strong and copes with adversity. To express this, he says that his hand is “strong” thanks to God. It should be noted that Bob Marley was a Rastafarian. For a lot of people, being Rastafarian is simply have dreadlocks and smoke weed, but it is way more than this. Rastafarism is some kind of afro-centric Christianism. Rastafarians believe in Jah (God) and they believe in a trip back to Africa like Jews believe in a trip back to their motherland, Israel (source: urgi.org). One of the instigators of this religion is Marcus Garvey, the guy I talked about earlier. For Marley, Garvey and Rastafarians, afro-descendants suffered a lot but God is looking after them and allowed them to stay strong and to pass on this strength to other generations so that the diaspora can eventually come back “home”. Strength is not the only thing they pass on, African traditions and pride are also important values handed down. 

A Rastafarian playing djembé, an African drum
[Chorus]
Won't you help to sing 
These songs of freedom?

In the chorus, the singer asks directly the audience to sing, he involves the audience in the song and in the story he’s telling. You, who know how much I suffered and everything I’ve been through, please help us freeing ourselves. The “songs” might be a reference to Marley’s discography marked by rastafarism. However, I have to say that I don’t know very well all of his songs. I also see this chorus as an invitation for Black people to free themselves from occidental oppressors or like he said, from Babylon. Music is perfect to free yourself!

In the Caribbean and in places with descendants of slaves (like Brazil, the US, Colombia, etc.) music is very important. During slavery, music was an outlet. Every island gave birth to its own genre, Reggae in Jamaica, Kompa in Haiti, Soca in Trinidad and Tobago, Merengue in Dominican Republic and many more! When slaves and now their descendants sing and dance, they feel free.

Music allows them to complete the reappropriation of their own identity and freedom. For instance in afro-Cuban music, people often pray to Orishas, deities from Yoruba people in West Africa. Pray to Orishas helps them remember their “motherland” and keep the African heritage that masters and pro-slavery people tried to erase.   

Peopke dancing Merengue and wearing clothes with the colors of the Dominican flag
'Cause all I ever have 
Redemption songs 
Redemption songs

Redemption is a religious concept and it is the action of saving or being saved from sin, error, or evil. We can say it’s like a release from all the bad things we did. In the Rastafarian context, it refers to “African redemption” which is again a trip back to Africa. “Redemption song” can still refer to Marley’s discography or the songs he used to listen. Songs like “Africa Unite” can be considered as redemption song, but from the moment everybody sings it, it is a freedom song. That is how I understand this song, if I sing alone, I can do my redemption but if everybody sings along, we can free each other because when you understand my pain you can help me stop the invisible oppression I suffer from. 

 

[Verse 2]
Emancipate yourselves from mental slavery 
None but ourselves can free our minds

This words directly come from Marcus Garvey’s speech and have a deep meaning (whole speech available here). I talked in a previous article (not available in English sorry) about the mental slavery that Caribbean people endure. Here Marley urges people to get rid of this mental slavery and only yourself can free you from this mental torture. Even if everybody is pushed to sing, if you are not ready to get rid of those mental chains no one will do it for you and there will be no emancipation. Each person should provoke their own change. These lyrics also illustrate that despite the abolition of slavery, there are still people who are submitted and oppressed. 

Have no fear for atomic energy 
'Cause none of them can stop the time 

Knowing the importance of religion in this song and the following lyrics, I interpret these words as a statement on powerful people. For me Marley is saying “They are not gods”. Even if atomic energy has many applications, like power generation or healthcare, I think here Marley refers to the atomic weapon. This last is very powerful and can have devastating effects, the people who have it are not all powerful, for example they cannot stop the time. Regarding the previous lyrics this statement means that in spite of them being mighty and forcing people into mental and physical slavery, they are not almighty and emancipation is possible. 

How long shall they kill our prophets 
While we stand aside and look? 

The prophets refer to African and Afro-descendants figures who fought for black people. I think about Malcolm X, Martin Luther King or Haile Selassie I, former emperor of Ethiopia who is considered as a messiah for Rastafarians. Many prophets were murdered, and why do we stay passive when we face injustice? It is necessary to react, do something, stop being afraid of powerful people while other people fight for our freedom, unafraid to die.

Malcolm X, a famous figure of the civil rights movement in the US during the 50s and 60s
Haile Selassie I, emperor of Ethiopia
Some say it's just a part of it 
We've got to fulfill the book

However, for some people all those lost lives were necessary and are part of God’s will. Can we call it destiny? I don’t know and I don’t know if Marley agreed with this.

Anyway, Marley with this song encourages us to sing freedom again and again. Beyond the pan-Africanist aspect of the song, these lyrics are universal. Don’t let them beat you down, don’t let the « powerful » people enslave you. You have the power to change things by yourself. I hope you liked this reading of Marley’s song, if you understood something different you can share your ideas in the comment section. 

I advise you to watch the anniversary movie clip of Redemption song which is full of African and pan-African symbols. Last but not least I propose a Toast to celebrate the abolition of slavery by proposing you to listen to the song Toast by Koffee, a young Jamaican artist. Bob Marley was right, Jamaican talent and strength are passed on from generation to generation. 

Un commentaire sur “Redemption song by Bob Marley

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s